Les yaourts natures industriels sont fait d’un mélange de différents laits dont la traçabilité est impossible et ceux aromatisés aux fruits contiennent des conservateurs, des arômes artificiels, des colorants, des édulcorants, des épaississants, de la gélatine voire encore des stabilisants, la liste est longue. Du coup, à chaque petite cuillère que l’on ingère, il devient difficile de savoir si ce que l’on mange est réellement du yaourt nature ou du yaourt avec des fruits au final. Parce qu’une autre alimentation est possible, faire ses yaourts soi-même devient une évidence. Pour les plus réfractaires d’entre vous, une petite compilation des avantages à les faire soi-même, à ce qu’ils soient  » fait maison « .

Faire ses yaourts à la maison présente bien plus qu’un avantage

C’est rapide, ludique et gratifiant

Rien n’est plus simple que de fabriquer ses propres yaourts. Les seuls ustensiles de cuisine qui sont indispensables sont les pots de yaourt en verre et le thermomètre. Quant à la yaourtière, cette dernière n’est pas obligatoire. Il existe sur le net, de nombreuses méthodes pour réaliser des yaourts en s’en passant. 

Parce que c’est d’une simplicité enfantine, faire des yaourts avec ses enfants peut être amusant. D’autant plus, que c’est très rapide à réaliser et qu’ils ne risquent donc pas de s’ennuyer. Ils sont prêts en 3 heures et 30 minutes top chrono. Ce retour à des traditions ancestrales peut être bénéfique pour échanger et partager un moment avec les aïeuls qui en avaient l’habitude. Et pourquoi pas bénéficier des trucs et des astuces.

Aujourd’hui, faire soi-même les choses est bien plus qu’une tendance. Fabriquer de ses mains, imaginer, c’est être fier de se dire que l’on peut y arriver, que l’on est capable de faire les choses. Et, venant de la part d’un enfant c’est encore plus gratifiant.

Faire ses propres yaourts, c’est amusant, enrichissant et valorisant.

C’est apporter sa pierre à l’édifice d’une démarche écologique

Les yaourts maison ne sont pas conditionnés chacun dans un pot en plastique, avec un opercule en aluminium et une étiquette en papier avant d’être sertis dans en emballage en carton. Ajoutons à cela un pot de yaourt industriel qui peut parcourir 9 000 kilomètres avant d’arriver à notre assiette au fait qu’une famille de 4 personnes qui mange 1 yaourt par jour jette 1 440 pots par an à la poubelle.

Les yaourts que nous consommons et les nombreuses étapes qui englobent la fabrication de ses composants – transformation, emballage, conservation, logistique de distribution, utilisation, collecte et recyclage des emballages notamment – sont gourmandes en énergie et portent atteinte à l’environnement en émettant des gaz à effet de serre.

Alors, fabriquer soi-même ses yaourts en privilégiant des produits locaux, de saisons, permet de limiter les intermédiaires, de réduire les transports, de limiter les emballages tout en préservant la planète et ses ressources. 

C’est goûteux

Les yaourts maison sont de loin bien meilleurs que les industriels. Doux, exempts d’acidité, de conservateurs et autres produits artificiels, les arômes des fruits sont préservés et naturels. De plus, ils ne contiennent pas des quantités importantes de sucre. Bref, c’est un vrai régal pour les papilles gustatives. De plus, cela réduit le gaspillage alimentaire puisqu’ils peuvent être fabriqués à la demande, selon les goûts et les envies de chacun.

C’est économique

A l’heure où tous les euros comptent, il n’est pas vain de trouver des solutions pour économiser de l’argent. Et, le fait de faire soi-même ses yaourts est deux fois moins cher que d’aller en grande surface les acheter. D’autant plus, qu’avec 1 litre de lait, on obtient 1 litre de yaourt !

Ne manquez pas nos autres contenus :