Depuis le début des consoles, nous connaissons le concept du jeu multi-joueurs. Qui n’a jamais rêvé d’avoir deux écrans plutôt que de devoir partager la moitié d’un, et d’être perturbé par ce qu’il se passe chez les voisins ? De Mario Kart à Golden Eye, en passant par Turok et L’Âge des Conquêtes, tous les joueurs ont le souvenir de parties endiablées avec des amis. Mais ce mode de jeu a disparu pour laisser place aux jeux multi-joueurs. Maintenant, nous pouvons nous consacrer à notre écran en toute tranquillité, pendant que notre adversaire se trouve à des centaines de kilomètres. Mais nous sommes tellement habitués aux images que nous avons développé la capacité de pouvoir regarder plusieurs écrans en même temps. Grâce à l’installation de moniteurs reliés, les capacités de jeux deviennent infinies. On peut vivre une expérience plus intense en créant un espace visuel plus large, optimisant ainsi les graphismes léchés des jeux vidéo. On peut également choisir d’avoir un retour visuel sur notre adversaire, ou encore d’affronter plusieurs personnes en même temps.

Suite aux avancées extraordinaires en matière de graphisme, les joueurs attachent de plus en plus d’importance au matériel utilisé pour booster leur expérience du jeu. Il faut des choix multiples, une distance d’affichage intéressante et une bonne fluidité. Les éditeurs doivent faire face à une forte concurrence et sortent souvent des jeux considérés par les spécialistes comme bâclés sur certains points. C’est comme cela que le split-screen (écran divisé) a disparu. En effet, rendre un jeu agréable pour plusieurs joueurs sur un même écran requière un travail supplémentaire au niveau des graphismes et de la technique. Pensez juste aux angles de vues, aux menus, ou encore aux interactions. À quatre sur un même écran, la console est plus sollicitée et cela sous-entend un effort supplémentaire sur les textures, l’interface, ou encore sur le frame rate.

Source : Static Flickr

Une fois cette précision rappelée, il faut savoir qu’en plus d’un meilleur confort, le multi-screen permet d’optimiser le temps du joueur. Pensez à un bureau avec 3 écrans. L’utilisateur peut jouer sur l’écran principal, vérifier des informations internes telles que les courbes de températures de l’ordinateur sur l’écran de gauche, et chercher des solutions pour passer un niveau difficile sur l’écran de droite. De nombreux joueurs possèdent deux écrans, mais le confort est réduit car ils se retrouvent souvent avec les deux bords au milieu de leur champ de vision. La sensation offerte à un joueur possédant trois écrans est une qualité d’expérience plus grande, avec une réelle impression d’immersion dans le jeu. Le meilleur choix est encore de tourné les écrans de côté vers le centre pour créer un léger arc de cercle. Les paysages englobent mieux le regard, et les effets sont vraiment bluffants lors de parties de jeu de course ou encore de jeu de tir à la première personne.

Source : Wikimédia

Malgré le coût assez salé de ce type d’installation, de plus en plus de jeux proposent des options optimisées avec le multi-screen. Un exemple concret est la pratique du multi-tabling au poker en ligne. La présence de plusieurs écrans permet aux plus doués de jouer plusieurs parties en même temps en passant d’un écran à l’autre sans perdre de temps. Nous avons même un champion de la pratique en France avec le joueur Bertrand Grospellier alias « ElkY » qui a battu en 2009 le record de 62 tournois Sit’n-go joués en simultanée. Et gagner au poker est sûrement ce qu’il faut faire pour se payer les écrans, mais aussi toute l’ingénierie nécessaire au bon fonctionnement de l’ensemble : des cartes graphiques compatibles spécifiques à ce type d’affichage avec la technologie Eyefinity chez AMD, et Surround chez Nvidia, mais aussi un ordinateur suffisamment puissant pour afficher un jeu avec une image de qualité sur une résolution de 1080p pour trois moniteurs. Il faut aussi penser au processeur, RAM, disque dur, le système de refroidissement… Mais au-delà du coût, le multi-screen est sans aucun doute une pratique qui va se développer, avec des jeux vidéo toujours plus tournés vers l’immersion.

Ne manquez pas nos autres contenus :