La consommation d’eau est un poste de dépense très important dans une exploitation agricole. De l’irrigation des cultures à l’alimentation des bêtes en passant par l’entretien des locaux, les besoins augmentent rapidement. La mise en place d’une cuve de récupération d’eau est une solution capable de répondre à une grande partie des besoins de votre exploitation. Découvrez les points à considérer afin de choisir celle qui vous convient.

Les essentiels à connaître sur l’utilisation de l’eau pluviale pour choisir sa cuve à eau

L’eau de pluie est une ressource naturelle qui vous est fournie naturellement et il serait donc bien dommage de ne pas en profiter. Investir dans une citerne à eau permet de récolter et d’utiliser l’eau de pluie dans les moments d’approvisionnement difficile, mais aussi d’y recourir tous les jours pour alléger votre facture. Ainsi, qu’il s’agisse de cuve de stockage, de transport, de cuve enterrée, de groupe d’arrosage… le tout est de définir ses besoins pour adopter le dispositif correspondant.

Les raisons de récupérer l’eau de pluie pour votre exploitation agricole

La récupération de l’eau de pluie est une opération avantageuse pour de nombreuses raisons. Elle vous permet de réduire considérablement votre facture d’eau lorsque vous avez la possibilité de recourir à l’eau pluviale. Il faudra toutefois tenir compte du montant de votre investissement initial ainsi que des coûts de la maintenance pour évaluer l’intérêt économique de cette action. Récupérer l’eau de pluie contribue en outre à assurer le fonctionnement de votre exploitation durant les périodes de sécheresse.

récupérateurs d'eau de pluie

La loi concernant l’usage de l’eau de pluie

L’eau pluviale est considérée comme non potable et son utilisation est permise sous certaines conditions. En effet, la loi a défini des règles qui ont pour objectif d’éviter les risques sanitaires. De manière générale, l’eau de pluie se déversant des toits inaccessibles au public est la seule qui peut être collectée. Si elle a vocation à être utilisée dans l’intérieur des bâtiments, pour laver le sol ou pour les toilettes par exemple, il est interdit de la récupérer si la toiture est en plomb ou en amiante-ciment. Sur une exploitation agricole, l’eau pluviale peut être utilisée pour abreuver les animaux, en irrigation d’appoint et pour le lavage (véhicules, sols, matériels non alimentaires, etc.). Par ailleurs, son utilisation est interdite là où de l’eau potable est requise (préparation d’aliments, hygiène corporelle, nettoyage d’ustensiles destinés à la fabrication de produits fermiers).

Lire aussi :  Quels sont les différents produits podotactiles ?

Cuve à eau enterrée ou aérienne : quel équipement prévoir ?

Un système de récupération d’eau de pluie nécessite que vous mettiez en place divers équipements. La gouttière vous servira pour la collecte, tandis que les filtres empêcheront le passage d’éléments indésirables. Vous aurez également besoin d’une pompe qui remettra l’eau en pression et la redistribuera. Pour finir, il faudra mettre en place des points de distribution avec la mention « eau non potable ».

Les critères de choix d’une cuve de stockage

La cuve de stockage est l’élément du système de récupération d’eau pluviale qui doit particulièrement retenir votre attention. Il convient de tenir compte de ses dimensions. En effet, si elle est trop petite, vous finirez par utiliser de l’eau potable. Si elle est trop grande, vous aurez dépensé de l’argent pour un dispositif qui n’est pas pleinement utilisé et vous vous exposez au risque d’eau qui stagne et de ses difficultés (algues, etc.). Attardez-vous également sur le type de cuve adapté à votre utilisation. Les modèles aériens extérieurs sont d’assez petite taille (ils font moins d’un mètre cube). Les versions enterrées sont plus recommandées pour une exploitation agricole. Concernant le matériau, si vous choisissez une cuve enterrée, vous pouvez opter pour du plastique, du béton ou du PEHD en fonction de la nature du sol, mais aussi de votre budget. Le dernier point dont il faut tenir compte est l’accès à la cuve. Nous vous conseillons d’installer l’accès au dispositif près du lieu où l’eau de pluie est la plus susceptible d’être utilisée.

Les éléments à considérer pour bien choisir votre cuve de récupération

Pour vous décider entre les cuves de récupération d’eau de pluie aérienne et enterrée, il convient de vous poser les bonnes questions. Concernant la toiture, quelle surface affecterez-vous au captage de l’eau pluviale ? Quelles sont ses caractéristiques : en ardoise, en tuile, en terrasse, en pente ? Etc. Considérez également la pluviométrie locale en vous basant sur le volume d’eau qui peut être collecté chaque année. Pour finir, intéressez-vous aux besoins de votre exploitation, au lieu où l’eau doit être acheminée ainsi qu’au niveau d’autonomie que vous visez.

Lire aussi :  La démolition par découpage

cuve eau agriculture

Nos conseils pour bien choisir votre cuve à eau

Il convient de choisir un dispositif d’arrosage performant et pratique pour l’irrigation de vos cultures. Une cuve à eau adaptée se choisit en considérant certains critères.

La capacité et les matériaux de la cuve à eau

Si vous avez besoin d’une cuve de petite capacité, nous vous recommandons de vous tourner vers un modèle en polyéthylène ou en PFV. Ce dernier est davantage privilégié si vous avez besoin d’une cuve possédant une grande capacité. Une cuve en polyester fibre de verre est appréciable en raison de sa haute résistance à la corrosion et aux UV ainsi qu’à son inaltérabilité. Un modèle en polyéthylène, quant à lui, est à la fois recyclable et hautement résistant.

Nos astuces pour bien choisir votre cuve

Une cuve hors-sol est économique et facile à installer, mais elle n’est pas destinée à une consommation d’eau importante. Elle est tout indiquée pour un usage en extérieur et répond aux besoins d’eau en petite quantité. Comme elle est moins protégée du gel, de la chaleur et du soleil, elle doit absolument être vidée avant l’hiver.

Une cuve de récupération d’eau pluviale enterrée, quant à elle, convient pour les grandes consommations. Sa mise en place demande d’importants travaux qui commencent par l’excavation. Cette dernière permet de protéger l’eau du gel ainsi que de la lumière, mais aussi de la maintenir à la température du sol. Le risque de prolifération d’algues et de bactéries sera moins important et l’eau pourra être utilisée toute l’année. Afin de fonctionner de manière optimale, une cuve enterrée doit comporter une pompe, un système de filtration, un système d’aération, un système anti-retour, un indicateur de niveau et un système de trop-plein.

By Nicolas

Nous sommes un groupe de rédacteurs passionnés et spécialisés. Retrouvez chaque jour des nouveaux articles sur Theme.fm !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *