Depuis peu, le port de masque dans les lieux publics clos est devenu obligatoire. De nombreuses communes françaises commencent également aujourd’hui à imposer le port du masque dans les lieux publics en général afin d’éviter la propagation du Covid-19. Face à cette situation, les besoins des Français en matière de masques ne cessent d’augmenter. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les masques en tissu artisanaux sont de plus en plus prisés, pour leur praticité et leur esthétique. En effet, les masques en tissu sont lavables et peuvent être réutilisés contrairement aux masques chirurgicaux jetables. Depuis le début de cette pandémie, de nombreuses personnes se sont mises à coudre des masques en tissu en vue de les vendre pour en tirer un revenu supplémentaire. Que vous ayez une grande expérience dans le domaine de la couture ou que vous soyez novice, les lignes suivantes peuvent vous êtes utiles si vous vous lancez dans la confection de masques faciaux.

Quel matériel pour confectionner des masques anti coronavirus en tissu ?

Confectionner un masque en tissu est facile et à la portée de tous à condition d’avoir le bon matériel.

Opter pour une machine industrielle pour un meilleur rendement

utiliser une machine industrielle pour la fabrication de masques en tissu

Bien que les machines à coudre domestiques et industrielles puissent partager des composants similaires, leur utilisation et leurs techniques sont différentes. Que vous ayez besoin d’une machine à coudre pour une utilisation professionnelle ou semi-professionnelle, la machine industrielle est votre meilleure option.

Par rapport aux machines domestiques, les machines industrielles fonctionnent à bien plus grande échelle et sont adaptées pour le travail des matières plus épaisses et plus résistantes, de manière répétitive tout au long de la journée. Pour la couture de masques en tissu artisanaux, une seule machine industrielle JL Perrin vous suffit pour produire des dizaines, voire une centaine de pièces par jour. En effet, les machines industrielles sont conçues pour une charge de travail plus lourde et un plus grand nombre d’épaisseurs. Vous pouvez ainsi les utiliser pendant de plus longues périodes. Si vous souhaitez être plus productif, vous serez mieux servi avec un modèle industriel.

Différences entre une machine industrielle et une domestique

Il est facile de distinguer une machine industrielle d’une machine domestique en regardant simplement le moteur. Les machines industrielles sont dotées de puissants moteurs qui leur permettent de fonctionner pendant des heures sur des épaisseurs multiples, tandis que les machines domestiques ont des moteurs plus petits et plus compacts, conçus pour faire fonctionner la machine pour des tâches plus courtes et dont les aiguilles peuvent déraper ou casser. Cela les rend également plus petites, plus légères et pouvant être rangés facilement lorsque vous ne vous en servez pas, ce qui n’est généralement pas le cas des machines industrielles. La différence avec une machine à coudre professionnelle se constate à son poids : celle-ci est bien plus lourde qu’une machine domestique, gage de sa qualité.

Lire aussi :  Pourquoi les médecins ne prennent plus de nouveaux patients : une réalité préoccupante

Rentabilité de la machine à coudre industrielle

Une machine à coudre industrielle demande un peu plus d’investissement qu’une machine à coudre domestique du fait de leurs composants plus adaptés à une utilisation professionnelle. En revanche, vous pouvez rentabiliser rapidement cet investissement puisque vous serez en mesure de travailler plus rapidement et plus efficacement avec un modèle industriel. En effet, ce type de machine est capable de fonctionner plus rapidement avec moins de problèmes.

Les étapes de fabrication d’un masque anti-coronavirus

  • 2 rectangles de 25 x 15 cm en coton
  • 2 pièces d’élastiques de 15 cm (ou élastiques, ficelle, bandes de tissu ou attaches pour cheveux)
  • Une grande aiguille ou une pince à cheveux
  • Fil
  • Une paire de ciseaux

Processus :

  1. Découpez deux rectangles de coton de 25 cm sur 15 cm. Veillez à utiliser du coton tissé serré pour une meilleure filtration des particules, vous pouvez y intégrer une lingette antipoussière non imprégnée. Vous pouvez, entre autres, utiliser du tissu de matelassage. Vous pouvez également utiliser du tissu pour t-shirt à la rigueur. Le devant et le dos du tissu du t-shirt doivent être suffisamment épais pour que vous ne puissiez pas voir la lumière du jour à travers. Empilez les deux morceaux de tissu et cousez-les ensemble comme s’il s’agissait d’un seul morceau de tissu.
  2. Replier les longs côtés sur 0,5 cm. Ensuite, repliez la double couche de tissu sur 1 cm le long des petits côtés et cousez. Les deux longs bords du rectangle de tissu doivent ainsi être repliés et cousus en place pour créer un ourlet de 0,5 cm sur toute la largeur du haut et du bas du rectangle. En revanche, les deux bords courts du rectangle de tissu doivent être repliés et cousus pour créer un ourlet de 1 cm sur toute la longueur des côtés droit et gauche du masque.
  3. Passez un élastique de 15 cm de long et de 0,3 cm de large dans l’ourlet le plus large de chaque côté du masque. Utilisez une grande aiguille ou une épingle à cheveux pour les enfiler. Attachez les bouts fermement.
Lire aussi :  La chirurgie esthétique contre les complexes

Si vous n’avez pas d’élastique, vous pouvez utiliser des attaches pour cheveux ou encore des bandeaux élastiques. Vous pouvez également remplacer l’élastique par de la ficelle. Dans ce cas, les attaches doivent être nouées derrière la tête.

Tirez doucement sur l’élastique pour que les nœuds soient dissimulés dans l’ourlet. Rassemblez les côtés du masque sur l’élastique et ajustez le masque de manière à ce qu’il s’adapte à votre visage. Ensuite, cousez l’élastique pour l’empêcher de bouger.

étapes de fabrication de masque en tissu

Qu’en est-il des réglementations sur la vente de masque artisanal ?

La vente de masque en tissu artisanal a fait couler beaucoup d’encre. En effet, il y a une confusion avec les masques certifiés, due à une mauvaise lecture d’un texte selon les autorités. Les couturiers indépendants peuvent ainsi vendre librement des masques en tissus sous certaines conditions :

  • les masques ne doivent pas porter le logo réservé aux masques « grand public » ;
  • les masques issus de production artisanale ou industrielle ne doivent pas porter le logo « certification garantie » sans avoir passés le test sur les propriétés filtrantes recommandées par l’Afnor, et ce, qu’ils soient vendus ou remis à titre gratuit ;
  • les masques ne doivent pas avoir de couture sagittale ou autres défauts majeurs.

En d’autres termes, il est possible de confectionner des masques artisanaux et de les vendre tant que ceux-ci ne présentent pas de défaut manifeste et qu’ils ne revendiquent pas des caractéristiques qu’ils n’ont pas.

By Nicolas

Nous sommes un groupe de rédacteurs passionnés et spécialisés. Retrouvez chaque jour des nouveaux articles sur Theme.fm !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *