E-cigarette : faire ses résistances soi-même

E-cigarette : faire ses résistances soi-même

11 février 2020 0 Par Nicolas

Bien que l’une de ses raisons d’être soit de réduire les dépenses liées aux cigarettes classiques, la cigarette électronique peut aussi représenter un coût significatif au bout d’un certain temps. C’est pour cette raison que les fabricants ont mis au point l’atomiseur reconstructible qui permet de réduire davantage les dépenses relatives à l’e-cigarette. À l’inverse du clearomiseur classique qui ne fonctionne qu’avec des résistances préfaites, l’atomiseur reconstructible permet de réaliser soi-même ses résistances. Nous allons vous expliquer dans cet article comment faire ses résistances soi-même.

Comprendre l’atomiseur reconstructible et les résistances

Également appelé atomiseur réparable, l’atomiseur reconstructible diffère du clearomiseur classique dans la mesure où il permet, comme son nom l’indique, de réaliser soi-même ses résistances.

La résistance, qu’on appelle aussi tête d’atomiseur, est un composant essentiel de la cigarette électronique. Il fait partie des consommables qui doivent être remplacés régulièrement sur l’e-cigarette. Son rôle est de chauffer l’e-liquide pour qu’il se transforme en vapeur.

Contrairement aux réservoirs classiques sur lesquels on doit utiliser des résistances préfabriquées, il est possible de fabriquer soi-même ses résistances avec un atomiseur reconstructible. Il existe plusieurs types d’atomiseurs reconstructibles. À l’exception des drippers ou RDA, l’atomiseur reconstructible est doté d’un réservoir, on en trouve aussi bien sur les modèles RTA que sur les RDTA qui sont un mélange de RDA et de RTA. En plus de permettre d’ajuster la vape selon ses préférences, cette option est aussi plus économique et plus écologique que les résistances toutes faites. En effet, les consommables utilisés pour fabriquer la résistance sont moins chers. Or, il faut compter entre 1€ et 4€ pour le prix d’une résistance préfabriquée. C’est aussi plus écologique, car elle génère moins de déchets par rapport à une résistance de cigarette électronique prémontée.

Comment fabriquer ses propres résistances ?

Les éléments de base

Pour réaliser une résistance, vous avez besoin de deux consommables : la mèche et le fil résistif.

La mèche ou le coton est la partie qui est imbibée d’e-liquide et qui offre au vapoteur le parfum qu’il attend. Il existe plusieurs types de mèches : coton cardé, bourre en perlon, fibre de verre ou de silice, mesh, silica, coton bacon, fonty ou bio, fiber freaks, etc. Plus la mèche est absorbante, meilleure sera la vape. Le coton doit être changé entre une à quatre fois par mois en fonction des e-liquides. Deux paramètres doivent être pris en compte lors du choix de la mèche ou du coton, à savoir la quantité et le positionnement. La quantité de coton dépend du diamètre intérieur du coil. Il ne doit pas passer trop facilement. Il doit s’enfiler avec une certaine résistance sans déformer le coil pour autant.

Fait en métal ou en alliage, le fil résistif est ce qui permet de former la résistance. Il se présente sous forme de bobine ou de résistance préformée. Plusieurs types de fil résistif sont disponibles sur le marché : kanthal, nickel chrome, titane, inox…

En plus de ces éléments de base, vous aurez aussi besoin de certains outils pour réaliser vos résistances, dont un tournevis, une pince coupante, une pince céramique, des ciseaux, un ohmmètre…

Déterminer la valeur en ohm de la résistance

La valeur en ohm de la résistance est très importante, car elle influe non seulement sur la puissance de l’e-cigarette, mais également sur la longévité du dispositif. Une résistance inadéquate peut dégrader rapidement le matériel. Une résistance basse (inférieure ou égale à 0,8 ohm) demandera une puissance de vape plus élevée. Dans tous les cas, il est déconseillé d’utiliser des résistances inférieures à 0.5 ohm.

À moins d’opter pour un modèle de MOD électronique qui ajuste automatiquement la puissance de la cigarette électronique, il est donc important d’utiliser la bonne valeur de résistance. Celle-ci est définie à la fois par le diamètre du fil et le nombre de tours ou longueur du fil.

  • La longueur du fil augmente la valeur de la résistance :

Ex : Un fil kanthal de 0,30mm de diamètre en 5 tours (2mm) donne environ 0.9 ohm. Un fil kanthal de 0,30mm de diamètre en 8 tours (2mm) donne 1.4 ohm

  • Le diamètre baisse la valeur de la résistance :

Ex : Un fil kanthal de 0,30mm de diamètre en 5 tours (2mm) donne une résistance de 0.9 ohm. Un fil kanthal de 0,40 mm de diamètre en 5 tours (2 mm) donne 0,5 ohm.

  • Le diamètre du fil joue sur la longueur du fil et augmente la valeur de la résistance si le diamètre de l’axe est élevé :

Ex : Un fil de 0,30 mm de diamètre en 5 tours (2 mm) donne une résistance de 0.9 ohm. Un fil de 0,30 mm de diamètre en 5 tours (3 mm) donne une résistance de 1,3 ohm.

Les étapes de la fabrication

La première étape consiste à couper à l’aide d’une pince coupante un bout de fil résistif. À l’aide de la tige d’un tournevis d’une section de 2mm, enroulez-le pour former une spirale de 3 à 6 spires en fonction de la résistance voulue.

Ensuite, fixez la résistance au plateau de montage de l’atomiseur. Ajustez-la si nécessaire pour avoir une chauffe homogène. S’il le faut, resserrez les spires à l’aide d’une pince céramique. Une fois que c’est fait, insérez le coton préalablement coupé et enroulé au milieu de la résistance. Imbibez-le avec quelques gouttes d’e-liquide et remplissez la cuve ou le tank du dipper. Il ne reste plus qu’à refermer l’atomiseur.

Les différents types de montage

On distingue trois types de montage. Le montage dit genesis ou top coil est le plus difficile à mettre en œuvre. Le coil ou la résistance est fixé en haut de l’atomiseur. Le montage bottom coil mono est le plus courant en raison de sa simplicité. La résistance est placée dans la base ou au cœur de l’atomiseur. Enfin, le montage bottom coil dual consiste à fixer deux résistances ou coils en parallèle sur l’atomiseur. Ceci permet d’avoir un dégagement de vapeur plus important. Néanmoins, ce type de montage est très complexe.

Quand changer la résistance d’un atomiseur reproductible ?

Quelques signes peuvent annoncer la nécessité de changer la résistance d’un atomiseur reproductible. C’est le cas lorsque la saveur de l’e-liquide est altérée, lorsqu’un goût de brûlé persiste ou quand la quantité de vapeur diminue. Il n’y a pas de fréquence de changement de la résistance fixe. Tout dépend du ressenti de l’utilisateur. Néanmoins, en cas d’utilisation quotidienne, il est conseillé de changer la résistance tous les 15 jours en moyenne.