Au-delà de leur aspect aussi ludique que divertissant, les jeux-concours sont un puissant levier de communication participative pour les entreprises. Ces dernières peuvent en plus en profiter pour élargir leur communauté, marquer les esprits, élargir leur portefeuille prospects et clients, générer du trafic autant sur les points de vente que sur leur site internet, dynamiser les ventes… Ce qui est intéressant avec les jeux-concours, c’est qu’il en existe de toute sorte. Celui avec obligation d’achat est aujourd’hui de plus en plus plébiscité par les entreprises. Quelles sont les particularités d’un jeu-concours avec obligation d’achat ?

Qu’entend-on par jeu-concours avec obligation d’achat ?

Il s’agit d’un jeu promotionnel réservé à ceux qui font l’acquisition d’un ou plusieurs articles donnés. En clair, il n’est possible d’y participer qu’à partir du moment où l’on achète le produit concerné, d’où le terme « obligation d’achat ». Ce type de jeu consiste à inciter les personnes à consommer des produits spécifiques ou à se rendre dans un point de vente particulier.

Une personne qui désire concourir est alors contrainte de joindre une preuve d’achat : sticker, ticket de caisse, bon de participation qui se trouve dans l’article acheté, code-barres, bulletin à découper dans un magazine, encart qui annonce le jeu… Dans le cas où le jeu conditionné à un achat se déroule exclusivement sur internet, alors la preuve d’acquisition doit être numérisée (scan, prise de photo…), puis envoyée à l’entreprise organisatrice par courrier électronique. Dès lors que la participation est validée, le participant doit conserver l’original de la preuve d’achat. La raison est que ce précieux justificatif lui sera souvent exigé au cas où il serait désigné comme l’un des gagnants.

Toute entreprise commerciale souhaitant savoir comment marchent les jeux-concours avec obligation d’achat peut trouver les réponses à ses questions sur les sites proposant des conseils, guides et tests s’articulant autour de ces jeux.

jeux-concours avec obligation d'achat en ligne

Est-ce légal d’organiser un jeu-concours avec obligation d’achat en France ?

Depuis le 17 mai 2011, les jeux-concours avec obligation d’achat ont fait l’objet d’une libéralisation. Cette libéralisation s’est opérée après l’entrée en vigueur d’une directive européenne qui a contraint la France à assouplir ses règles encadrant les pratiques commerciales. Le but de cette directive est d’harmoniser le droit communautaire et d’offrir aux entreprises d’autres moyens lui permettant de favoriser la consommation.

Les jeux-concours sont désormais une pratique légale dans la mesure où les conditions auxquelles est soumise sa mise en place par les entreprises sont respectées. Par contre, les jeux basés sur le hasard tels que les loteries demeurent interdits pour les structures commerciales.

Tout d’abord, une entreprise n’est en droit d’organiser un jeu-concours conditionné à un achat que dans le cadre de la promotion d’un ou de plusieurs produits. En d’autres mots, un tel concours ne doit être privilégié qu’à des fins exclusivement promotionnelles. Cela dit, il est totalement interdit pour les particuliers de l’organiser. La législation française qui encadre cette pratique impose de surcroît professionnalisme et loyauté. Elle veut en même temps que sa mise en place se fasse avec vigilance et soin.

Lire aussi :  Idées de cadeaux pour un amateur de cinéma : des classiques aux trouvailles rares

Pour éviter de contrevenir à ces dispositions légales, l’entreprise organisatrice doit rédiger minutieusement le règlement complet du jeu-concours, puis le déposer auprès d’un huissier de justice. Depuis 2015, cette démarche ne constitue plus une obligation légale. Par contre, elle est fortement recommandée afin d’éviter toute déconvenue juridique. L’entreprise doit aussi veiller à ce que le bulletin de participation soit bien distinct de tout bon de commande ou document bancaire. Elle doit faire en sorte que le jeu-concours ne soit pas assimilé à une pratique jugée déloyale.

Soulignons également que l’entité organisatrice est tenue de rembourser les frais d’affranchissement de la participation des consommateurs. Bien entendu, ces derniers sont obligés de réaliser un achat pour concourir, mais il est en droit d’exiger le remboursement du timbre qui lui a permis d’envoyer à l’organisateur sa participation. Les frais de connexion doivent aussi être remboursés si les participants en font la demande.

Jeu-concours avec obligation d’achat : un participant a-t-il plus de chances de gagner ?

En participant à un jeu-concours avec obligation d’achat, un consommateur a plus de chances de gagner. La raison en est une évidence : les consommateurs préfèrent les jeux dont la participation ne les oblige pas à faire un achat particulier. Seules les personnes qui sont intéressées par l’article concerné y participent, ce qui limite considérablement le nombre de participants et multiplie les chances pour chacun d’entre eux de remporter le gros lot.

gagner jeux-concours avec obligation d'achat

Comment participer à ce type de jeu-concours ?

La participation à ce type de jeu s’avère relativement simple. La personne qui désire y prendre part doit en tout premier lieu acquérir l’article concerné. Dès lors, elle fait partie de la clientèle de l’entreprise organisatrice. Le consommateur reçoit ensuite la preuve d’achat qui lui permettra de concourir. En fonction du règlement du jeu-concours, il est amené à remplir un bulletin de participation sur un site web ou à la caisse. Une fois ce formulaire validé, il doit y adjoindre la preuve d’achat pour ainsi finaliser la participation. Il n’a plus qu’à attendre le tirage au sort qui s’opérera sous le contrôle d’un huissier de justice.

Si le participant est désigné comme l’heureux gagnant du jeu-concours avec obligation d’achat, il doit se rendre directement chez la société organisatrice avec l’original de la preuve d’achat. Après la présentation de cette dernière et après avoir justifié son identité, il pourra récupérer le lot en jeu. Cependant, il ne pourra prétendre à quelconque contrepartie ou échange en espèces.

Jeu-concours avec obligation d’achat : quels avantages pour l’entreprise organisatrice ?

Bien que le jeu-concours attire moins de participants, force est d’admettre qu’il constitue un puissant levier marketing qui promet un bon nombre d’avantages à toute entreprise qui sait en tirer des bénéfices. En organisant ce type de jeu, l’entité organisatrice se permet de cibler des publics bien précis : les personnes qui s’intéressent réellement à ce qu’elle a à offrir. Elle évite ainsi d’avoir affaire à des individus qui veulent juste tenter leur chance sans porter ne serait-ce qu’une petite attention à l’organisateur. Il sera alors plus facile pour ce dernier de dynamiser ses ventes et prétendre ensuite à un retour sur investissement conséquent.

Lire aussi :  Comment dessiner la cigale et la fourmi ?

L’entreprise organisatrice peut par la suite se focaliser sur les participants dans le but d’entretenir une relation privilégiée avec chacun d’eux, de les fidéliser et de les transformer en de véritables ambassadeurs. Pour ce faire, elle n’a qu’à exploiter à bon escient toutes les données qu’ils ont fournies lors de l’inscription.

Même si le jeu-concours avec obligation d’achat représente une contrainte qui restreint le nombre de participations, savamment organisé, il permet à l’organisateur d’augmenter le trafic vers son site internet. Cela est le cas lorsque le concours est directement hébergé sur une page qui lui est dédiée et que la validation de la participation redirige automatiquement les participants sur une landing page donnée. L’organisation de ce type de jeu est par ailleurs pour l’entreprise l’occasion d’améliorer sa stratégie ROPO (Research Online, Purchase Offline) ou web-to-store. L’organisateur peut aussi en profiter pour élargir son audience, l’entretenir et booster son engagement.

participer à un jeu-concours avec obligation d'achat

Quel type de lot mettre en jeu ?

Pour que ce type de jeu puisse permettre à l’entité d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés, il doit mettre en jeu une récompense particulièrement attractive et qui suscite l’envie de participer.

En tant qu’organisatrice, l’entreprise doit attacher une importance toute particulière au choix du lot. Cependant, cela ne signifie pas pour autant qu’elle est obligée de se ruiner en choisissant un lot qui n’entre pas dans son budget. L’organisateur doit aussi s’interdire de choisir une récompense de faible valeur par rapport à celle de l’article dont l’achat conditionne la participation. Obliger les personnes ciblées à acheter un article de 20 € pour gagner des t-shirts ou des DVD, par exemple, est tout simplement inconcevable.

Si l’entreprise organisatrice souhaite limiter les coûts, elle peut faire le choix de trouver un sponsor ou un partenaire de co-registration. Les deux peuvent l’aider financièrement dans l’organisation du jeu-concours avec obligation d’achat ou lui faire bénéficier d’une récompense fournie par leurs soins. En contrepartie de sa contribution, le premier exige une collecte de données à des fins commerciales, consenties par les participants. Le second souhaite quant à lui bénéficier des informations précises sur chaque participant.

Dans le cas où l’organisateur ne souhaite entrer en partenariat avec aucune autre marque, il est pertinent de choisir un lot parmi les produits ou les services qu’il propose. Un fleuriste peut par exemple mettre en jeu un abonnement d’un an de fleurs. Si l’entité organisatrice est spécialisée dans la sécurité informatique, elle peut offrir au gagnant du concours 2 ans de cybersécurité. Dans le cas où elle commercialise des produits high-tech, un iPad ou un ordinateur portable constitue bien entendu un lot intéressant.

Pour se démarquer, il est dans l’intérêt de l’entreprise organisatrice d’offrir une récompense de consolation aux participants qui n’ont pas eu la chance de remporter le gros lot. Il ne s’agit pas en l’occurrence de se ruiner, mais plutôt de prévoir une petite attention qui consolera les consommateurs malchanceux et qui permettra à l’organisateur d’en conserver un maximum.

By Clement