planning familial

Plus de 7 femmes sur 10 tombent enceintes par an suite à des rapports sexuels fréquents sans utilisation de méthodes contraceptives. En effet, hommes, femmes comme couples disposent de plusieurs moyens de contraceptions à leurs dispositions afin d’éviter les grossesses non désirées. Il importe donc de choisir la méthode de planning familial, la plus convenable possible afin d’espacer les naissances. Comment faire ce choix ? Découvrez-le dans cet article.

Les différentes catégories de planning familial

Le planning familial désigne le fait d’utiliser une méthode contraceptive dans le but  de contrôler et d’espacer les naissances ou d’éviter une grossesse non désirée. Ceci permet aux familles d’avoir un enfant ou pas et/ou d’anticiper le nombre d’enfants désirés. Nous comptons aujourd’hui 5 catégories de méthodes de planning familial que sont :

  • Les méthodes barrières (stérilet ou DIU (Dispositif intra-utérin), cape cervicale, les préservatifs masculin et féminin, etc.) qui préviennent la grossesse en empêchant le sperme d’atteindre l’ovule
  • Les méthodes hormonales (contraceptifs oraux (pilules combinées (œstroprogestatives) et pilules progestatives), patchs cutanés contraceptifs, anneaux vaginaux, implants contraceptifs et injections contraceptives) qui empêchent les ovaires de libérer un ovule en rendant difficile l’accès du sperme à l’ovule, ils modifient le tissu interne de l’utérus pour le rendre inapte à entretenir une grossesse
  • Les appareils intra-utérins (stérilet hormonal et en cuivre) pour empêcher la fécondation de l’ovule par les spermatozoïdes
  • Les méthodes naturelles (le retrait, la méthode des températures, la méthode Ogino ou du calendrier, la méthode Billiings et la méthode MAMA) qui aident la femme à savoir quand elle est fertile pour qu’elle n’ait pas de rapports sexuels à ce moment-là
  • Les méthodes permanentes ou définitives (la ligature des trompes et la vasectomie) qui sont des opérations qui rendent impossible la fertilité, pour l’homme ou pour la femme.
Lire aussi :  Mycose des ongles : 9 remèdes naturels pour la soigner

planning familial

Comment choisir ?

Il est important de prendre en compte son âge, son type de sexualité et sa stratégie parce que les besoins des femmes en matière de contraception sont très différents.

Les adolescents

Pour les adolescents, il est recommandé la double protection avec le  préservatif (masculin ou féminin) et la  pilule. L’emploi de ces deux méthodes permet à la fois de lutter contre une grossesse non désirée et de prévenir les  maladies sexuellement transmissibles (MST) et les infections sexuellement transmissibles (IST).

La jeune femme

Pour ce qui est des rapports épisodiques, le préservatif est le plus efficace pour prévenir les MST et les IST. En cas de relation stable, il est normal de laisser tomber le préservatif pour rechercher une méthode contraceptive plus commode et pratique. Il faut dans ce cas prendre rendez-vous chez un médecin, gynécologue ou une sage-femme pour pouvoir être sûr de choisir la meilleure méthode contraceptive. Il y a la pilule moyennement dosée ou la pilule microdosée, mais aussi le stérilet, le patch, l’implant ou encore l’anneau contraceptif.

Après une grossesse

Les risques d’une nouvelle grossesse après une grossesse sont encore plus élevés. Pour éviter ces grossesses souvent non désirées, il est nécessaire de penser à une méthode contraceptive dès la sortie de la maternité.

Il y a par exemple la pilule microprogestative, l’implant à partir de 3 semaines, le DIU (stérilet au cuivre ou hormonal) sauf si vous avez accouché par césarienne et bien sûr les préservatifs, s’ils sont bien utilisés, qui sont un bon moyen de contraception durant cette période.

Lire aussi :  Comment utiliser l’homéopathie pour contrôler son poids ?

By Clement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *