Si vous avez plusieurs crédits en cours et que vous avez le désir de réduire vos mensualités ou de financer un nouveau projet, le rachat de crédit est une bonne solution pour vous. Il vous permet en effet de réunir toutes vos mensualités en une seule. Cependant avant de faire votre demande de rachat de crédit, il est important de calculer votre reste à vivre qui est un indicateur essentiel pour la banque. Plus d’explications dans la suite de cet article.

Le reste à vivre : critère essentiel pour l’obtention d’un rachat de crédit

Comme vous le savez certainement, le rachat de crédit est une opération financière qui consiste à regrouper tous les prêts existants d’une personne en un seul. Le nouveau crédit ainsi obtenu est caractérisé par une mensualité plus réduite, un étalement de la durée de remboursement ou encore un taux d’intérêt moins élevé que ceux des prêts rachetés. Ainsi, un regroupement de crédits peut grandement améliorer la situation financière d’un emprunteur.

Toutefois, étant donné le rallongement de la durée de remboursement, la plupart des institutions financières exigent de leurs clients qu’ils répondent à des critères précis. L’un de ces critères est relatif au reste à vivre. Ce dernier représente la somme dont vous disposez pour faire face à toutes vos dépenses (nourriture, habillement, transports, loisirs, soins divers, etc.) une fois que vous avez versé votre mensualité de prêt.

Le fait d’avoir un reste à vivre faible fragilise votre budget, mais il peut être rétabli par un regroupement de crédits. Celui-ci peut en effet inclure un apport pour votre trésorerie qui vous permettra notamment de retrouver une meilleure capacité d’emprunt pour financer d’autres projets. C’est pourquoi il est conseillé de faire une estimation de rachat de crédit en ligne avant de faire votre demande formelle de rachat de crédit.

Comprendre l’importance du reste à vivre

En tant qu’indicateur du niveau de vie d’un emprunteur, le reste à vivre permet de vérifier la faisabilité de votre projet de crédit, en complément du taux d’endettement.

En effet, contrairement au taux d’endettement qui est fixé à 33 %, le reste à vivre ne dépend que du niveau de revenus de l’emprunteur. Il est donc évalué au cas par cas. Cependant, pour un taux d’endettement identique, le reste à vivre sera plus important chez un emprunteur dont les revenus sont élevés que chez un autre qui a de plus faibles revenus.

On observe généralement que plus les revenus mensuels de l’emprunteur sont faibles, plus la banque jugera nécessaire d’assurer à ce dernier un montant de reste à vivre important. Au contraire, le taux d’endettement pourra aller au-delà de 33 % si les revenus de l’emprunteur sont suffisamment élevés pour lui laisser un reste à vivre conséquent.

Lire aussi :  Les conditions pour obtenir un prêt immobilier sans apport

calcul reste à vivre

Calcul du reste à vivre

Pour calculer le reste à vivre d’un emprunteur, il suffit de retrancher le montant de vos charges et mensualités à la somme des revenus mensuels. Autrement dit : Reste à vivre = Revenus – Charges. Pour exprimer ce montant en pourcentage, il suffit d’appliquer la formule suivante :

Taux de reste à vivre = (montant du reste à vivre/revenus mensuels) x 100.

Les éléments pris en compte dans le calcul du reste à vivre sont entre autres :

  • les salaires,
  • les revenus fonciers,
  • les pensions de retraite,
  • les pensions alimentaires perçues,
  • les rentes, pensions d’invalidité, allocations perçues de la CAF, etc.

En ce qui concerne les charges intégrées dans ce calcul, il y a les mensualités des crédits à la consommation et crédits immobiliers, les loyers, les impôts ainsi que les pensions alimentaires versées.

En fonction du taux d’endettement, et pour maintenir un bon équilibre budgétaire, le reste à vivre doit représenter un pourcentage de 67 % de vos revenus. Mais comme nous l’avons vu, ce pourcentage peut varier, surtout si vos revenus mensuels sont élevés et que votre taux d’endettement peut aller au-delà de 33 %. Par ailleurs, certains éléments peuvent être pris en compte ou omis par les banques, en fonction de leurs critères internes.

Pour que vous compreniez mieux, voici deux exemples fictifs de calcul du reste à vivre.

Exemple 1 : cas d’un emprunteur célibataire avec un revenu mensuel de 2 500 euros par mois, qui doit rembourser un crédit à la consommation à raison de 150 euros par mois et a des charges dont le montant total a été évalué à 1 050 euros. Le reste à vivre de ce dernier est de 1300 euros. Selon les formules énoncées plus haut, sont taux de reste à vivre est de 52 % et son taux d’endettement de 48 %.

Exemple 2 : cas d’un couple qui en plus de toucher des revenus mensuels de 4 500 euros, reçoivent des revenus fonciers d’un montant de 500 euros. Ils remboursent 1400 euros de crédit immobilier et crédit à la consommation. Après calcul, leur reste à vivre est de 3 600 euros et leur taux de reste à vivre est égal à 72 % tandis que leur taux d’endettement est de 28 %.

Comme vous pouvez le constater, l’évaluation du reste à vivre dépend vraiment des particularités des situations des emprunteurs. Et puisque les conditions de vie de ces derniers dépendent du montant de leur reste à vivre, ils doivent connaitre cette somme à l’avance. C’est ce à quoi sert la simulation en ligne.

Lire aussi :  Comment économiser avec un petit salaire ?

calcul des charges et crédits en cours

La simulation en ligne de rachat de crédit pour faciliter le calcul de votre reste à vivre

Le regroupement de crédits constitue dans bien des cas une solution durable pour rehausser le montant du reste à vivre. Mais avant de se lancer dans cette démarche, la réalisation d’une simulation permet de s’assurer de la faisabilité de la chose.

Comment se passe la simulation ?

L’outil de simulation en ligne est conçu comme un formulaire que vous devez remplir. Ce dernier contient plusieurs cases dans lesquelles l’emprunteur doit renseigner un certain nombre d’informations. Il s’agit notamment de :

  • sa situation patrimoniale (propriétaire, locataire ou hébergé),
  • sa situation professionnelle,
  • ses charges mensuelles ,
  • ses revenus avant impôt,
  • ses crédits en cours,
  • le montant qu’il lui reste à rembourser chaque mois, et la durée restante
  • le montant de trésorerie souhaité s’il a besoin de financer un projet personnel.

Une fois ces informations entrées dans le simulateur, vous n’avez plus qu’à lancer le calcul. La particularité ici est qu’en plus de vous donner l’estimation la plus précise de votre reste à vivre, le simulateur vous indique aussi votre taux d’endettement et une projection de votre future mensualité.

Par ailleurs, il est important de préciser que toutes ces informations sont obtenues après un calcul basé sur les taux en vigueur sur le marché bancaire. Il faut donc que vos informations reflètent autant que possible votre réalité financière.

Note : lors d’une simulation de rachat de crédit immobilier, il arrive que des frais complémentaires apparaissent dans les résultats proposés. Il s’agit par exemple des frais de garantie qui peuvent varier selon que votre prêt est accompagné ou pas d’une garantie hypothécaire ou d’une garantie par cautionnement.

Et après la simulation de rachat de crédit ?

Si le résultat de la simulation effectuée vous convient, vous pouvez contacter un conseiller financier de l’organisme bancaire. Vous pourrez alors présenter votre demande en prenant soin de joindre à votre dossier toutes les pièces justificatives qui vous seront demandées. Vous recevrez ensuite une nouvelle offre de prêt adaptée à vos besoins.

Il est important de garder à l’esprit que des différences peuvent intervenir entre les estimations indiquées par le simulateur en ligne et l’offre finale qui vous sera faite en fonction des informations que vous fournirez. Il est conseillé aussi aux emprunteurs de se faire aider par des intermédiaires (conseillers, courtiers, etc.) qui sauront mieux négocier les clauses de votre nouveau prêt avec la banque.

Si vous avez du mal à assurer vos mensualités de crédit et que vous souhaitez boucler confortablement vos fins de mois, pensez donc au rachat de crédit comme solution de sortie.

By Clement