Les technologies 3D ainsi que les matériaux utilisés dans ce cadre sont en développement constant. Actuellement, la fabrication additive a investi plusieurs secteurs et industries. En outre, la productivité, la personnalisation, les coûts et les délais de fabrication sont grandement améliorés. Zoom sur l’utilisation de l’imagerie 3D dans le milieu dentaire.

Imagerie tridimensionnelle : les indications

L’imagerie 3D est indiquée dans un cabinet dentaire pour compléter les examens de radiologie standards. Son utilisation possède un intérêt certain dans la majorité des domaines de l’imagerie dento-maxillaire. Également appelé cone beam ou tomographie à faisceau conique, ce dispositif apporte de la valeur ajoutée en matière de faisabilité thérapeutique, mais aussi de diagnostic.

Imagerie dentaire 3D

L’implantologie et l’endodontie

Les cabinets de dentisterie ont tout intérêt à utiliser des dispositifs de radiologie dentaire 3D pour explorer les dents dans le cadre d’un examen clinique. Dans l’implantologie, l’imagerie dentaire 3D est indispensable, sauf lorsque la radio panoramique ou la clinique le récusent formellement. Cet examen est la référence dans ce domaine, car il permet de définir une stratégie thérapeutique et de poser une indication ou non. Le praticien est ainsi en mesure d’appréhender en 3D les volumes des os ainsi que la position du nerf alvéolaire inférieur et celle du sinus.

L’imagerie tridimensionnelle en implantologie possède également un caractère médico-légal, surtout en cas d’échec d’un implant. En endodontie, elle se révèle plus précise pour diagnostiquer les lésions à l’instar des kystes, des granulomes, des fractures ou encore un MV2 non obturé d’une molaire maxillaire.

La chirurgie, la parodontologie et le diagnostic

En chirurgie, l’imagerie 3D apporte un plus préthérapeutique qui peut être incontournable pour extraire une dent de sagesse. Elle est également très utile si le praticien doit connaître l’emplacement exact d’une canine ectopique. Dans le cadre d’une radio panoramique, la tomographie à faisceau conique offre un diagnostic précis d’une lésion radio-opaque ou radio-claire. Elle est également indiquée en parodontologie pour obtenir une analyse précise d’une lésion située dans une furcation.

Pour finir, l’imagerie tridimensionnelle représente un atout pour diagnostiquer les pathologies de l’ATM. Le cone beam est l’examen 3D à privilégier pour étudier les squelettes des articulations temporo-mandibulaires en cas de chute sur le menton, de SADAM, etc.

Lire aussi :  Les allergies chez le coiffeur

L’imagerie 3D en odonto-stomatologie

Le marché propose une gamme complète de dispositifs de radiologie et d’imagerie dentaire qui optimisent et facilitent le travail quotidien des professionnels. Les indications d’utilisation du cone beam en omnipratique sont nombreuses. Par ailleurs, la possibilité d’effectuer instantanément des clichés 3D est un avantage pour le patient comme pour le praticien.

L’utilité de l’imagerie 3D en odonto-stomatologie

L’imagerie dentaire 3D est devenue une technique majeure pour l’investigation en odontologie. Elle s’intègre dans le workflow numérique dans les cabinets dentaires et simplifie les diverses étapes cliniques. Elle améliore de surcroît la qualité des traitements appliqués.

À noter par ailleurs que les machines utilisées dans ce cadre sont devenues de vrais outils pour communiquer avec les patients. Ces derniers peuvent désormais comprendre plus simplement une pathologie et son traitement grâce à une information véritablement éclairée.

Le cone beam permet d’étudier les structures dentaires aériennes sinusiennes et osseuses maxillaires. Relevons que la radiographie panoramique émet moins de radiations qu’un scanner classique. Les clichés réalisés sont ceux des tissus minéralisés des dents et des os crâniens dans l’ensemble des plans de l’espace (en 3D). Cette méthode offre de ce fait la possibilité de les reconstruire de manière informatique. Ses mesures étant fiables et précises, le cone beam est tout indiqué pour connaître avec précision la place exacte de divers éléments anatomiques.

Dentisterie : dans quel cadre utiliser l’imagerie 3D ?

L’imagerie tridimensionnelle est un examen qui répond à l’intégralité des questions de la dentisterie moderne. Elle est utile en traumatologie en cas de fissure ou de fracture sur une dent qui a déjà été traitée, mais aussi en cas de lésion osseuse qui nécessite de modifier le traitement prescrit. En implantologie, elle permet de détecter un éventuel obstacle anatomique ou d’étudier la texture osseuse.

En endodontie, le cone beam permet d’étudier l’anatomie et de dénombrer les canaux pulpaires. Cet examen rend possible l’établissement d’un bilan préchirurgical ainsi qu’une approche histologique d’une pathologie tumorale. Employé dans le cadre de l’orthodontie, il localise et dénombre les éléments dentaires tout en facilitant la recherche d’ankylose ou de rhizalyse. Si le patient est victime d’une pathologie dento-sinusienne intriquée, la tomographie à faisceau conique est utile pour identifier une fistule dento-sinusienne. Elle est également utilisée pour analyser les os sur les ATM.

Lire aussi :  Pourquoi s'inscrire dans une salle de sport ?

L’examen par imagerie 3D et le choix du matériel

Un examen réalisé au moyen d’un matériel conçu pour l’imagerie est une option de deuxième intention en endodontie. Il doit être guidé par l’imagerie dentaire classique (intrabuccale et panoramique dentaire), mais aussi par la clinique. En outre, sa réalisation nécessite un matériel haut de gamme ainsi qu’une équipe parfaitement bien entraînée.

Comment se déroule un examen pour obtenir une image 3D ?

Un examen avec un matériel d’imagerie 3D est une opération relativement simple qui nécessite la coopération du patient. Aucune préparation particulière ni injection de produit de contraste par intra veineuse ne sont nécessaires. Compte tenu de la structure de la machine, aucun souci de claustrophobie n’a lieu. Si un guide radiologique pour la pose d’un implant a été réalisé par le dentiste, il est primordial de l’amener le jour de l’examen. Le patient doit retirer tous les objets métalliques à hauteur du visage et du cou. Il doit également rester parfaitement immobile pendant 15 secondes, le temps que la machine capture les images.

Les critères de choix d’un équipement d’imagerie 3D

En termes de diagnostic, la modélisation en 3D possède de réels avantages, car elle permet de créer des guides chirurgicaux. Parmi les critères dont vous devez tenir compte lorsque vous souhaitez équiper votre cabinet dentaire d’un matériel d’imagerie 3D, se trouve la taille du champ d’exploration. Pour les petits champs, il est de 5×4 cm contre 23×26 cm pour les grands. La taille indiquée pour les chirurgiens-dentistes est de 8×8 cm. Les dimensions supérieures à cette dernière sont réservées aux radiologues.

By Nicolas

Nous sommes un groupe de rédacteurs passionnés et spécialisés. Retrouvez chaque jour des nouveaux articles sur Theme.fm !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *