Vous souhaitez aménager un gîte ou une chambre d’hôtes ? Pour cela, il y a plusieurs normes et règles à respecter. Voici tout ce que vous devez savoir sur la réglementation avant d’ouvrir votre gîte ou votre chambre d’hôtes.

Choisir la localisation

Il faut savoir qu’il faut environ deux à trois ans entre le moment où vous allez avoir l’idée d’ouvrir votre gîte, et l’ouverture de celui-ci. De ce fait, vous pouvez déjà commencer à réfléchir à certaines choses avant même de vous lancer dans la réalisation de votre projet à vocation touristique. Commencez par exemple par choisir la région dans laquelle vous souhaitez ouvrir votre gîte, ainsi que la ville ou le village. Si vous le souhaitez, vous pouvez choisir d’ouvrir un gîte en Ariège, par exemple. Vous pouvez également choisir une autre région qui vous fera envie.

Il est logique de choisir la région dans laquelle vous habitez, pour des questions pratiques. D’abord, pour la période de travaux. Vous allez devoir être très présent sur place ou gérer voire même réaliser vous-même les travaux. De ce fait, il est préférable que le gîte ne soit pas trop loin de votre lieu d’habitation. Aussi, une fois que vous aurez ouvert votre établissement, vous devrez certainement être sur place pour pouvoir gérer le flux d’arrivées et de départs de vos convives. De plus, si vous proposez des repas au sein de votre gîte, vous devrez également être sur place pour pouvoir préparer et servir ces repas à vos invités.

Obligations, normes et labels

L’ouverture d’un établissement comme un gîte demande le respect de beaucoup d’obligations et de normes. Tout d’abord, lors de la construction ou de l’aménagement, il faut savoir qu’il n’y a pas de capacité d’accueil pour un gîte. Il y a également des obligations liées à la sécurité qu’il faudra impérativement respecter. Par exemple, les conduits de fumée doivent être maintenus constamment en bon état et entretenus régulièrement pour éviter les éventuels incendies. Dans le même thème, chaque propriétaire de gîte doit installer au moins un détecteur de fumée dans les parties communes.

Les normes d’accessibilité doivent également être respectées afin de permettre aux personnes à mobilité réduite de pouvoir accéder aux différentes pièces de votre gîte. Les salles de bain doivent également être équipées aux normes PMR. Pour finir, si vous décidez de vous affilier à un label, il faut savoir que la plupart d’entre eux fixe également leurs propres obligations à respecter. Il en est de même si vous souhaitez trouver des aides pour le financement de votre gîte.

Ne manquez pas nos autres contenus :