Comme si les charges domestiques ne suffisaient pas, voilà maintenant que les femmes endossent les charges mentales liées aux efforts pour l’environnement. C’est dire que l’engagement écologique est une question de genre à présent. Décryptage de ce fait actuel dans cet article.

L’engagement écologique : un peu trop féminin ?

S’engager pour l’environnement révèle différents types de dangers pour lesquels nous devons lutter avec des efforts au quotidien. Chacun de ses efforts aura, dans sa dimension temporelle, une répercussion positive sur notre chère planète. Vu sous cet angle, nous pouvons comprendre que la protection de l’environnement est un problème social et qui requiert donc la responsabilité de tous. Mais, ce n’est pas le cas de le dire.

Inévitablement, la charge écologique s’intègre aux charges domestiques. Raison pour laquelle, c’est forcément Madame qui s’y colle, en tête de liste. Acheter des produits plus sains, manger bio, réduire les déchets plastiques, faire le tri dans les poubelles sont autant de responsabilités que les femmes doivent endosser. Elles sont considérées comme le pilier du changement vers des habitudes plus écologiques, un peu plus chaque jour. Cela peut être vu comme une certaine forme d’éloge qui place la gent féminine sur un piédestal, mais c’est plus de corvées que de plaisir, de premier abord.

Mais où sont les hommes ? Et que font-ils ?

Bien sûr, ils conçoivent l’importance d’entrer dans le mouvement écologique actuel, mais sont beaucoup moins sensibles. De plus, ils considèrent que les tâches que cela implique ne font pas partie de leurs responsabilités, du moins pour la majorité. Ainsi, la transition vers la green attitude ne peut se faire d’elle-même.

Dans la pratique, le changement d’habitude se fait, mais à une vitesse petit V. Comme le veut la société dans laquelle nous vivons, les tâches du « care » sont le plus souvent assignées aux femmes. Il est donc naturel qu’elles se soucient plus de l’environnement que les hommes.

L’individualité de la femme pour la collectivité

Il faut dire que pour passer de votre mode de vie habituel à un choix de lifestyle plus écolo, les compromis sont nombreux. Vous devrez renoncer à certaines de vos habitudes. Et pourtant, il faudra bien se mettre au vert tôt ou tard, parce que la Terre n’attend pas.

Heureusement, il existe des moyens de concilier votre féminité à votre désir de protéger la planète. Astuces beauté clean, gestes d’hygiène pratiques… d’après sobusygirls.fr, les possibilités sont nombreuses pour se forger de bonnes habitudes en termes d’esthétique et autres pratiques habituelles. De plus en plus de femmes se mettent donc au naturel, de la cuisine, en passant par les produits ménagers et jusqu’aux produits cosmétiques.

Lire aussi :  Le top 7 des éléments bons pour le moral

Ici, il n’est pas question de débourser de coquettes sommes dans des produits finis. Il suffit de regarder autour de soi et d’exploiter les ingrédients de tous les jours dans de nouvelles astuces DIY.

Bien-être et écologie

L’écologie : mais pour qui ?

Les dangers qui pèsent sur le monde sont bien palpables dans leurs effets sur la santé et sur les conditions de vie. Raison pour laquelle ils exercent une charge mentale non négligeable sur les femmes. Mais ce n’est pas tout. Il faut également supporter la pression morale. En tant que femme et surtout si vous êtes une mère de famille, votre principal souci est de veiller au bien-être de vos enfants. Favoriser les fruits et légumes pour remplacer les aliments transformés, privilégier les produits réutilisables, ou utiliser du savon bio, toutes ces mesures sont prises pour prendre soin de la famille et de l’environnement, mais aussi pour répondre aux exigences du profil de “bonne mère”. C’est une satisfaction qui vaut bien les efforts parfois colossaux requis par l’engagement écologique.

C’est ainsi que l’écoféminisme a laissé place à une nouvelle forme de domesticité. Ce mouvement voit même la recrudescence des retours au foyer, ou du moins d’une plus grande implication des femmes dans la maison. Cette nouvelle annonce le come back des petits plats faits maison, des cosmétiques naturels, et de la récup’.

Dans cette lancée, le féminisme met à l’honneur sa dévotion et son rôle nourricier. Avec la démocratisation imminente des réseaux sociaux, vous pouvez même afficher avec fierté vos prouesses liées à une réponse à l’alerte de Dame nature.

Des charges allégées côté bien-être

Dans l’univers de la beauté et de l’esthétique, la recherche de résultats immédiats a poussé de nombreuses femmes à utiliser des produits chimiques. Aérosols, produits bourrés de silicone et de dérivés pétrochimiques, nous avons longtemps cru qu’ils faisaient des miracles. Et pourtant, sur le long terme, les méfaits se font sentir, sur soi, mais aussi sur l’environnement.

Le virage vers les pratiques plus écologiques, au-delà de la charge mentale, est une invitation à mieux prendre soin de vous. Outre l’alimentation saine, en privilégiant les produits écoresponsables et faits maison, vous savez que vous utilisez des ingrédients réels et faciles à identifier.

Ces derniers réagissent mieux avec votre corps et promettent donc de meilleurs résultats. Sachez que la peau absorbe plus de 50 % des produits que vous y appliquez. Il y a donc intérêt à favoriser les bons soins et à éviter de lui affliger des produits toxiques.

Lire aussi :  Tout savoir sur le coaching personnel

Avec la démocratisation du mouvement écologique, de nombreuses entreprises en cosmétologie s’approprient à tort, et pour des fins uniquement marketing, l’étiquette « produit naturel ». Le meilleur choix est donc de se tourner vers les produits bio. Ces derniers suivent un principe de production respectueux de l’écologie tout en promettant plus d’efficacité à l’usage. Dans ce sens, vous pouvez cibler les marques engagées pour l’environnement. Elles sont facilement reconnaissables grâce à leur label.

Pour les plus dévouées, vous pouvez concocter vous-mêmes vos produits de soins et de beauté. Tout comme une recette de cuisine, cela peut vous prendre du temps. Mais les bénéfices qui en découlent en valent bien la peine. Bien-être et écologie vont alors de pair, à condition de s’y mettre et de s’en tenir.

écologie femme

Inciter à l’écologie : quand la révolution se démocratise

Nous ne pouvons pas continuer à agir pour l’environnement alors que d’autres personnes vont à contre-courant. Les efforts que nous faisons n’en seraient que réduits à néant. Aussi, la charge mentale qui pèse sur les femmes sera toujours présente. Le mieux serait donc de démocratiser la responsabilité environnementale, en commençant par des gestes simples pour induire le changement de mentalité.

Éviter les changements radicaux

Adopter des gestes écologiques ne se fait pas du jour au lendemain. Il est difficile pour vous et pour les personnes qui vous entourent de vous défaire de vos habitudes. Si vous changez du tout au tout, vous risquez en peu de temps de vous décourager. C’est le burn-out assuré. Pour prendre un bon départ, pensez aux pratiques qui pourront facilement être adoptées par la majorité. Cela permettra l’implication des hommes et des enfants.

Goûter au plaisir du bio

La meilleure façon de prendre goût au bio, c’est de le mettre à table. Bien sûr, la tâche peut être difficile au début, mais cela permettra de se rallier aux véritables saveurs des aliments frais. Après avoir invité le bio à votre table, vous pourrez ensuite l’intégrer aux produits d’hygiène et ménagers.

S’initier à l’écotourisme

Découverte et aventure, voilà ce que vous réserve l’écotourisme. Le temps des vacances ou d’un week-end, en famille ou entre amis, vous pourrez vous initier à la vie écologique. Cette expérience pourra sensibiliser les plus têtus au plaisir de vivre tout en pensant à l’environnement. Il ne sera donc plus question de ne laisser qu’aux femmes la lourde responsabilité écologique, l’engagement sera ainsi partagé.

By Clement