Encore appelée « médecine non conventionnelle », la médecine alternative permet de soigner sans molécule chimique et de renforcer naturellement l’organisme. Elle regroupe un certain nombre de pratiques thérapeutiques comme la méditation, l’hypnose et l’acupression. En quoi consistent réellement ces pratiques ?

L’acupression, que faut-il en penser ?

L’acupression est un massage qui trouve son origine dans la médecine traditionnelle chinoise. Cette pratique consiste à appliquer une pression soutenue sur certaines zones du corps. Les points qu’on cherche généralement à toucher dans l’organisme par ce massage sont : la rate, le péricarde, l’estomac ou la vésicule biliaire. Sur https://www.lemonn.fr/acupression/, vous pouvez avoir plus d’informations sur cette pratique de la médecine chinoise.

Le corps est en effet traversé par des canaux énergétiques qu’on appelle « méridiens ». Lorsque l’énergie vitale qui circule dans les méridiens est limitée ou bloquée, c’est le signe d’un déséquilibre. Le rôle de l’acupression est de rétablir la circulation dans les méridiens par un bon massage. Elle permet d’apaiser ainsi plusieurs maux notamment :

  • les troubles digestifs,
  • les troubles du sommeil,
  • les allergies,
  • les migraines,
  • les douleurs musculaires,
  • les douleurs articulaires,
  • le stress et l’anxiété.

Pendant la séance de massage, on frotte soigneusement les muscles et les tissus mous du corps. On peut aussi manipuler les coudes, les pieds et les avant-bras. L’objectif est de vous plonger dans un état de bien-être profond.

acupression

En quoi consiste l’hypnose ?

L’hypnose est une thérapie qui consiste à plonger un individu dans un état de conscience modifié ou de sommeil éveillé. Contrairement à certaines thérapies, cette pratique travaille plus avec l’inconscient. Selon les spécialistes, l’inconscient est particulièrement puissant et permet de trouver des solutions là où le conscient est limité.

Lire aussi :  Tous les secrets du massage nu 

On utilise cet état en psychiatrie pour accéder plus facilement aux émotions d’une personne. Cela permet surtout de dévoiler un traumatisme refoulé, mais qui provoque des troubles psychiques chez le patient. Avec l’hypnose, on peut modifier des comportements inhabituels tels que :

  • les phobies,
  • la paralysie du sommeil,
  • les addictions (drogue, tabac, alcool…),
  • les douleurs chroniques (migraines, lombalgies…),
  • la dépression.

Une séance d’hypnose se déroule souvent sous la forme d’une conversation. Le patient est invité par le thérapeute à plonger dans ses souvenirs et à répondre à certaines questions. Le thérapeute peut utiliser des métaphores ou des images pour amener le patient à trouver lui-même des solutions à ses problèmes. L’hypnose induit en réalité une modification de la perception du temps et de l’espace.

La personne hypnotisée peut être plongée dans un univers de perception auditive, visuelle ou olfactive. Une chose est sûre, pendant cette thérapie, les ressentis corporels changent. Pour cette raison, l’état d’hypnose est considéré comme plus proche du rêve que de la réalité.

Le principe de la méditation

La méditation est une pratique d’origine orientale. Elle permet de relâcher son mental pour atteindre un état d’attention poussée. On peut utiliser cette technique pour combattre le stress ou l’anxiété. La méditation préserve la santé mentale et physique du patient. Pour méditer, il faut se concentrer sur un son, un objet ou toute autre chose permettant d’accaparer suffisamment l’attention. Le but est d’obtenir un certain lâcher-prise. Il faut perdre un peu le pied sur ses émotions.

La méditation permet ainsi de soigner les troubles obsessionnels compulsifs. Elle est efficace également pour prévenir les rechutes dépressives et anxieuses chez les personnes fragiles. Grâce à cette approche, on peut remplacer les pensées pessimistes par des pensées optimistes ou positives. Cette pratique aide surtout à se sentir moins vulnérable émotionnellement. La bonne nouvelle est que tout le monde peut participer à une séance de méditation, y compris les enfants. Il n’y a pas de contre-indication pour cette pratique. De plus, il existe différents types de méditation : la méditation de pleine conscience, la méditation bouddhique et la méditation transcendantale.

Lire aussi :  Comment créer un espace accueillant grâce au mobilier urbain ?

Grâce à la méditation de pleine conscience, on peut obtenir une stabilisation de la pensée. Le pratiquant pourra désormais porter une attention délibérée et sans jugement sur tout ce qui l’entoure. La méditation transcendantale est en revanche une technique qui vise la perfection. L’objectif est d’amener un individu à atteindre un état de conscience absolue qui dépasse tous les autres niveaux de conscience. Cette approche est considérée comme le niveau supérieur de la méditation.

Pour finir, la méditation bouddhique est un exercice spirituel, car elle encourage la communion entre le corps et l’esprit. Cette approche existait bien avant les autres formes de méditation. La méditation bouddhique est une pratique qui prône la sagesse, la bienveillance, la paix et la compassion. L’idée de cette approche est d’empêcher l’esprit humain de s’éparpiller.

By Clement