Elevage d’insectes : l’IA au service de l’agriculture durable

Elevage d’insectes : l’IA au service de l’agriculture durable

11 mai 2021 Non Par Nicolas

Ces dernières années, la culture d’insectes comestibles a connu une forte augmentation. Le nombre de producteurs ne cesse en effet de se multiplier. Cette augmentation de la production est motivée par l’accroissement constant de la demande. En effet, depuis qu’on a découvert que les insectes pouvaient représenter des aliments riches en nutrition, la demande a tout simplement explosé. Heureusement, les producteurs parviennent à suivre le rythme en optimisant leur production. Cela passe notamment par l’implication de l’Intelligence Artificielle (IA) dans le processus de production.

Les différents types d’élevages d’insectes ou d’entomoculture

Selon celui qui le pratique, l’élevage d’insectes peut être réalisé à des fins différentes. Certains le font par passion, tandis que d’autres le font dans un but de commercialisation. Afin de vous permettre d’en savoir plus sur l’élevage d’insectes, nous allons voir les différentes déclinaisons de l’entomoculture.

L’élevage d’insectes à des fins utilitaires

Lorsqu’on parle d’élevage d’insectes à des fins utilitaires, l’exemple le plus connu est sans doute l’apiculture ou l’élevage d’abeilles. Ces insectes sont élevés pour leur miel, mais aussi pour les autres produits de la ruche : la cire, le pollen et la gelée royale. Ce type d’élevage figure parmi la plus ancienne forme d’entomoculture connue.

Outre l’apiculture, l’autre élevage d’insectes à vocation utilitaire le plus connu est la sériciculture. Pour ceux qui ne le savent pas, il s’agit de l’élevage du ver à soie. Au début, on élevait ces insectes uniquement pour la soie qu’ils produisaient de façon naturelle. Mais aujourd’hui, dans certains pays asiatiques, on produit aussi du ver à soie pour une consommation alimentaire.

entomoculture élevage d'insectes

L’entomoculture pour la lutte biologique

Cela va peut-être vous paraître étrange, mais l’homme utilise aussi les insectes comme arme biologique. L’un des exemples les plus connus est l’élevage de coccinelles pour lutter contre la prolifération des moucherons ravageurs qui sont de véritables fléaux pour les plantes. Il existe aussi des guêpes minuscules qui se nourrissent d’œufs de moucherons. D’ailleurs, on compte de nombreux laboratoires privés et publics qui sont spécialisés dans la recherche de méthodes de lutte contre les insectes ravageurs.

L’élevage d’insectes à des fins pédagogiques et scientifiques

C’est le cas des élevages d’insectes qu’on utilise dans les écoles. Ceux-ci sont utilisés afin de permettre aux élèves d’observer les différents cycles de la vie des insectes, notamment les stades de mue. C’est pour cette raison que vous trouverez des fourmilières, des phasmes ou encore des vivariums dans de nombreuses écoles. Il s’agit d’un formidable outil pédagogique permettant aux enfants de ne plus avoir peur des insectes.

L’entomoculture pour l’alimentation d’autres animaux

D’un autre côté, les insectes figurent aussi au menu de nombreux autres animaux, notamment des reptiles. Ces dernières décennies, les reptiles sont devenus des animaux de compagnie dans de nombreux foyers. Et il se trouve que ces derniers sont friands des insectes. C’est notamment ce qui explique l’explosion de la demande en grillons, en vers de farine, en asticots ou encore en blattes d’Afrique. Afin de diminuer les dépenses pour l’alimentation de leurs animaux de compagnie, certains propriétaires choisissent de développer leurs propres élevages d’insectes.

L’élevage d’insectes par passion

L’élevage d’insectes est tout un art. Cette activité demande un réel investissement et de la rigueur de la part des éleveurs. Cela n’empêche pas certaines personnes d’en faire leur passion. Cependant, notez que cette activité n’est pas accessible à tout le monde, puisqu’en plus de l’investissement personnel, elle demande aussi un important investissement financier. De plus, vous devez aussi prendre en compte le fait que les insectes se multiplient très vite. Donc, vous devez trouver le juste équilibre pour ne pas vous trouver très vite dans une situation où vous ne pourrez plus contrôler votre élevage à cause du surnombre. Notez également que le fait de relâcher certaines espèces d’insectes dans la nature est interdit par la loi.

L’entomoculture pour l’alimentation humaine

Depuis quelques décennies, dans les pays occidentaux, les insectes occupent de plus en plus de place dans l’alimentation des humains. Depuis des siècles, ils représentaient déjà une denrée alimentaire prisée dans certaines parties du globe, notamment en Afrique, en Amérique Centrale et en Asie. En tout, les insectes sont consommés dans plus de 90 pays dans le monde. La Chine figure en tête de liste de ces pays friands d’insectes comme mets de choix.

Les insectes sont très riches en certains éléments nutritifs indispensables à notre bien-être, tels que les protéines, les lipides et les sels minéraux. Cela a donné des idées à certains dirigeants de pays. Ils souhaitent développer l’élevage d’insectes pour lutter contre le fléau de la mal nutrition. Dans cette optique, ils utilisent tous les moyens afin de permettre le développement de cette activité. Même l’Intelligence Artificielle est mise à contribution.

entomoculture élevage d'insectes

Le rôle de l’Intelligence Artificielle dans l’élevage d’insectes

Le marché des insectes est en pleine expansion. C’est pourquoi l’industrialisation et l’automatisation de l’élevage deviennent une obligation pour les producteurs. Cela passe par l’utilisation d’Intelligence Artificielle, à l’image du système SCADA (Supervisory Control and Data Acquisition), qui signifie en français “Système de contrôle et d’acquisition de données”. Ce système permet aux opérateurs d’interagir avec les différents équipements qui composent leurs installations (équipements de régulation thermique, pompes, vannes, etc.). Ceci leur permet aussi de contrôler leur processus de production.

Si les éleveurs veulent vraiment assurer la croissance de leurs exploitations, il leur faudra mettre en place un système de contrôle et de collecte de données adapté.

Selon l’espèce d’insectes élevés, le système à mettre en place doit permettre, avant tout, un suivi automatique de la croissance des larves et des formes juvéniles. Ce suivi précis des insectes et des larves permet aussi de réduire le taux de mortalité qui est souvent élevé dans ce type d’exploitations. Si le système est efficace, alors, il permettra de développer l’élevage à une échelle industrielle. Par la même occasion, le producteur réduira aussi considérablement les interventions humaines, ainsi que les dépenses pour faire tourner son élevage.

Par ailleurs, il est à noter que les conditions d’élevage ne sont pas les mêmes d’une exploitation à une autre, ce qui nécessite la mise en place d’un système personnalisé dans chacune d’elles. Néanmoins, il y a certains paramètres qui sont universels et qui restent inchangés dans n’importe quel élevage, notamment la mesure concernant la croissance des larves et des formes juvéniles et la mesure des données environnementales comme la température notamment.